Comment pimper une soupe ?

Mettre 3 légumes et 2 patates dans une casserole d'eau, on gère. Mais comment transformer la soupe de base en potage youplaboum ? Voilà la question (et les réponses) du jour !

Tous ceux qui font attention à leur ligne / à équilibrer les apports alimentaires pour leurs bambins / à ne pas manger trop lourd le soir... vous le diront : salade en été, soupe en hiver, voilà la solution. Et on applaudit des deux mains parce qu'en prime, il n'y a pas plus simple que de jeter les ingrédients dans l'eau et de les laisser cuire avant de mouliner. Niveau : supermégadébutant.

Oui, mais. La soupe de légumes, on a beau aimer ça, on s'en lasse. Alors, comment rendre le bol du soir un peu plus glamour ? Voici nos astuces...

La magie du bouillon

Cuire les légumes à l'eau... C'est le principe. Mais la vérité, c'est que remplacer cette eau de cuisson par un bon bouillon, ça donne de la profondeur à la saveur de la soupe, on dirait qu'elle vous réchauffe les organes de l'intérieur. Alors oui au cube de bouillon jeté dans la soupe en ébullition, mille fois oui aux légumes cuits directement dans un bouillon maison.

Ça prend à peine plus de temps (en amont), mais c'est de la bombe dans l'assiette. Il suffit de garder toutes ses épluchures (carottes, poireaux, oignons, céleri...) dans un grand sac au congélateur. Quand le colis atteint une belle taille, on jette le tout dans une grosse casserole d'eau avec sel, poivre, thym, laurier, et on l'oublie sur feu doux. Trois ou quatre heures plus tard, il ne reste qu'à filtrer pour ne garder que le liquide... Et le congeler pour toutes les futures meilleures soupes du monde. De la bombe !

Ce bouillon maison, on peut même le consommer tel quel, en y faisant cuire quelques pâtes lettres ou vermicelles... Tellement réconfortant qu'on dirait un plaid.

De la mâche !

Le problème de la soupe, c'est qu'elle est liquide. Et ça, c'est moyen pour la satiété, parce que mâcher contribue à informer notre cerveau que l'on a mangé... Sans compter qu'avoir quelque chose à se mettre sous la dent contribue grandement au plaisir de la gourmandise.

L'idée est donc d'ajouter des éléments solides, au moment du service. Cela peut être...

- des morceaux. Certains apprécient que la soupe ne soit pas finement moulinée, d'autres détestent tomber sur un bout de carotte mou. Quelle que soit votre école, vous ne pourrez pas résister à une tranche de légume grillée (un champignon émincé et saisi à la poêle, par exemple, fait très bien l'affaire)

- des croûtons (du pain bien grillé et frotté à l'ail),

- des graines grillées. Courge, tournesol, lin...

- des fruits secs (amandes, noisettes, noix...)

- des chips de bacon

- des tuiles de parmesan

- des oignons frits (ou du poireau !)

- quelques dés de fromage.

Une touche de fraîcheur

On aime que la soupe réchauffe. Mais c'est sympa aussi si elle est équilibrée, avec un truc qui réveille les papilles. C'est le rôle de...

- la cuillère de crème fraîche, que l'on peut assaisonner avec un trait de citron

- une lichette de vinaigre (balsamique, avec des lentilles, par exemple)

- des herbes ciselées (persil, coriandre, menthe) que l'on parsème à la surface au dernier moment

- des grains de grenade (incroyable dans une soupe de courge).

Allez, une dernière un peu honteuse, mais qui a fait ses preuves. Si vous voulez faire manger de la soupe aux enfants, ajoutez un carré de Kiri en fin de cuisson. Il va saler l'ensemble, le velouter un peu et... cacher un peu le goût des légumes. Pas super gastronomique, monstrueusement efficace. De rien ;)