• Cécile Rudloff

Comment avoir des idées de repas ?



Qu'est-ce qu'on mange ce soir ? Voilà la question qui a le don, soit de vous faire sauter au plafond, soit de vous remplir d'aise. La différence ? Avoir prévu, ou non, les menus à l'avance. Et pour y arriver, nous avons une méthode.


Le cauchemar de "Qu'est-ce qu'on mange ce soir ?"

Chez Menuz, nous avions un cauchemar récurrent. Une horde d'enfants (bon, deux) rentrait de l'école en criant très fort "Qu'est-ce qu'on mange ce soir ?". Ils n'étaient pas très grands, mais ils avaient l'air affamé et cela avait pour effet immédiat de nous faire couler une petite goutte de terreur entre les omoplates... Ce mauvais rêve avait le don de mettre fin à notre nuit et de nous jeter sur le premier stylo pour nous mettre à compiler fiévreusement des idées de repas faciles, rapides, équilibrés et variés...


Evidemment, nous manquions d'inspiration (comment pourrait-il en être autrement après deux heures de sommeil perturbé !?). Et la consultation de Marmiton, 750 g et consorts nous envoyait encore plus loin dans les limbes de la créativité culinaire : ces plats, qui avaient l'air parfaits sur le papier, allaient nous prendre une énergie et un temps fou (dont nous ne disposions pas), pour la simple et bonne raison que nous ne les avions jamais réalisés...


La libération

Bref. Tout cela s'est arrangé quand nous avons arrêté de vouloir que tout soit parfait dans la minute. Et voici comment nous avons procédé pour avoir toujours, toujours, des idées de repas en stock.


  1. On a décidé de prendre le temps. Après tout, une semaine ou deux de chaos supplémentaire n'allait pas nous achever (si c'est votre cas, basta, quelques jours de plats Picard n'ont jamais flingué, non plus, de bonnes habitudes alimentaires).

  2. Plutôt que de se creuser la tête à vide, on a confié à l'enfant de dix ans la mission de noter, chaque jour, le plat qui arrivait sur la table. Et le temps qu'avait duré sa préparation. Spaghettis carbonara, gratin de chou-fleur, poêlée de légumes, quiche lorraine, gnocchi et salade de carottes, macaroni aux champignons... Au bout de dix jours, on avait déjà une bonne base. Bonne, parce que c'était la nôtre : des plats que l'on savait faire de tête, sans consulter un livre de recettes ni acheter des ingrédients dont nous n'avions pas l'habitude.

  3. Pour enrichir la liste, on a fait appel aux copains-copines et à leurs plats fétiches. Nos critères ? Des légumes, un temps de préparation de moins de 30 minutes et des plats que les enfants apprécient. On a adopté les croque-monsieur saumon-épinards de Thomas, les aubergines panées de Géraldine, les currys de légumes de Samia, les frites de patate douce de Sophie. Bim, un peu de variété supplémentaire.

  4. Evidemment, on n'a pas arrêté de regarder les livres, blogs et sites de recettes. C'est là qu'on a récupéré le Sweet Bowl de Owiowi, le poulet mijoté de Chocolate & Zucchini et la tartiflette aux endives d'un illustre inconnu (Merciiiiii). L'air de rien, sans prise de tête, on se retrouvait avec une belle brochette d'idées pragmatiques.

  5. Il ne restait plus qu'à tout coller dans un tableau et à imprimer le tableau sur du papier magnétique (on aurait aussi pu les faire écrire / dessiner aux enfants, pour les impliquer). Une demi-heure et quelques coups de ciseau plus tard, on disposait de plaquettes repas à apposer sur le frigo.

  6. Après, il ne restait qu'à prendre un temps le week-end en famille pour décider quels dîners seraient mitonnés la semaine suivante (en fonction des envies de chacun, du temps laissé par les activités, des invitations...). Puis à aller faire les courses en conséquence.

Comme par magie (façon de parler !), la question "Qu'est-ce qu'on mange ce soir ?" nous fait vraiment moins suer depuis. Et on a toujours un tableau en cours pour compléter notre vivier.

Et vous ? Quels sont vos plats joker ? Vos routines efficaces pour manger équilibré et varié ?

20 views

CONTACT

 

hello@menuz.fr

Tel: 06 30 01 27 07

 

SOYEZ LES PREMIERS INFORMÉS

  • Facebook Social Icône
  • Instagram

©2019 par GP-communication